L’hydratation pour la santé – retour sur la 14 édition de la conférence Hydration for Health

Résumé
A l’occasion de l’édition 2022 de la conférence scientifique Hydration for Health, les nouvelles avancées scientifiques liées à la science de l’hydratation ont été partagées. Découvrez ici les nouvelles données sur la relation hydratation – fonction cardiovasculaire et hydratation-microbiome.

A l’occasion de l’édition 2022 de la conférence scientifique Hydration for Health, de nouvelles recherches et avancées liées à la science de l’hydratation et les habitudes de consommation ont été partagées. Lors de cette journée, 9 experts internationaux ont  mis à l'honneur les habitudes de consommation et ainsi les nouveaux territoires de santé liés à l’hydratation.

Une session d’ouverture a abordé les questions de la qualité et accès à l'eau. Puis la première partie de la conférence s’est penchée sur les recommandations d’apport en eau avec un focus sur des populations vulnérables, telles que les personnes âgées ou souffrant de maladie rénale sévère, pour mettre en évidence les difficultés d’atteindre les recommandations en fluides. S’en est suivi le partage de l’initiative Splash! un programme éducatif pour les enfants (créé en partenariat avec les associations médicales EFAD et EASO) comme piste de solution concrète. Dans une deuxième partie a eu lieu un concours récompensant le meilleur chercheur en début de carrière ayant les résultats les plus prometteurs d'une recherche novatrice qui contribue au domaine scientifique de l'hydratation et de la santé suite à une session de pitch. Et enfin, la dernière session a laissé place à 4 experts pour présenter les avantages de l'eau pour la santé, tels que son impact sur le microbiote intestinal ou encore les maladies cardiovasculaires dont les messages clés de deux sessions spécifiques sont présentés ci-dessous.

État de l’art sur l'hydratation et la fonction cardiovasculaire - Joseph Watso; The University of Texas Southwestern Medical Center (USA)

L'hypohydratation est définie comme un état de faible teneur en eau du corps causé par une déshydratation aiguë ou chronique. Cela entraine une diminution du volume de plasma et une augmentation de la concentration de sodium dans le sang. Il a été montré qu’une hypohydratation pouvait altérer les performances mentales et physiques mais de nouvelles données suggèrent que cela pourrait également avoir des effets délétères sur la santé cardiovasculaire. Les maladies cardiovasculaires étant la première cause de mortalité dans le monde en 2019, plusieurs études d’observation ont cherché à établir un lien entre un faible apport hydrique et un risque accru d’évènements cardiovasculaires indésirables. Il a été prouvé qu’une hypohydratation aiguë est associée à un dérèglement de la glycémie, un dysfonctionnement des vaisseaux et du flux sanguin ainsi qu’une diminution de la tolérance orthostatique (difficulté à se mettre debout).  

Bien que les recherches soient prometteuses, le lien entre une réduction chronique de la consommation d'eau et la prédisposition des individus à un risque futur plus élevé d'événements cardiovasculaires indésirables n’est pas encore bien compris. Des études complémentaires sont donc nécessaires afin de pouvoir tirer des conclusions claires.

Hydratation et microbiome – nouvelles données ; Nathaniel Willis ; University of Illinois at Urbana-Champaign (USA)

Alors qu’il a été démontré que notre alimentation impacte notre santé intestinale et notre microbiote, le lien entre l’hydratation et la santé digestive est moins étudié.

Une étude toujours en cours a cherché à analyser comment l’hydratation pouvait avoir un impact sur la capacité fonctionnelle du microbiote intestinal et si cela engendrerait des modifications du microbiote intestinal et des caractéristiques des selles.

Les résultats préléminaires ont montré que le microbiote intestinal des personnes présentant de faibles niveaux de copeptine, biomarqueur de l’état d’hydratation, a un potentiel métabolique accru avec une capacité glycolytique prédite plus importante.

Par ailleurs, une consommation accrue en eau diminuerait le pH des selles en impactant le ratio eau/fibres dans le système digestif permettant ainsi une meilleure fermentation des fibres, ce qui pourrait induire certains effets probiotiques.

Les données restent pour le moment limitées quant à la nature exacte de la relation hydratation et microbiome et celle-ci nécessite d’être plus amplement étudiée. Les conclusions finales de cette étude seront publiées fin 2022.

Si vous n'avez pas pu vous suivre la 14e édition de la conférence scientifique Hydratation for Health ou si vous souhaitez revoir des interventions, vous trouverez ici le replay intégral.