La magie de la fermentation

Résumé
La fermentation est un processus métabolique naturel de transformation, décrit pour la première fois par Louis Pasteur en 1860. Elle fait intervenir des micro-organismes tels que les bactéries ou les levures pour transformer une matrice alimentaire en un aliment fermenté. Lorsque ces micro-organismes jouent un rôle technologique on les appelle des ferments. Il existe différents type de fermentation selon la matrice alimentaire et le type de micro-organisme. Consultez notre article pour en savoir plus.

Le yaourt, résultat d’un procédé de fermentation : la fermentation lactique

Le yaourt est le résultat d’une fermentation lactique dont la matrice alimentaire est le lait. Le lait se compose majoritairement d’eau, mais aussi de nombreux nutriments tels que du sucre (le lactose), des protéines et des globules gras.

Les ferments vivants vont permettre la fermentation du lait en yaourt. Ils consomment le sucre du lait, le lactose, en le coupant en deux monosaccharides, le glucose et le galactose, et en produisant de l’acide lactique pendant la transformation. L’acide lactique va alors coaguler les protéines du lait, ce qui va solidifier le lait en yaourt. 

 

Transformation du lait au yaourt

Le lait regorge d’un ensemble de composants qui vont interagir entre eux pour créer le yaourt. Pour obtenir des protéines et des globules gras en quantités souhaitées, le lait est standardisé. Puis, il est chauffé à 95°C pendant 5 minutes pour éliminer les pathogènes ; c’est la pasteurisation. Avant de procéder à la fermentation, le lait se refroidit et quand il atteint la température idéale on ajoute les ferments vivants. La transformation n’a lieu que si les bactéries se trouvent dans un milieu optimal : avec du lactose et à une bonne température. En quelques heures les bactéries se multiplient pour atteindre des centaines de milliers. Dès le début de la fermentation, les bactéries produisent de l’acidité et les protéines s’agglomèrent ce qui emprisonne les globules gras et les gouttelettes d’eau. Le lait coagule et s’organise en un réseau qui donnera la texture particulière du yaourt. Pendant ce temps, à l’aide d’une enzyme bactérienne (la lactase), le lactose est coupé en glucose et galactose. Le tout est doucement mélangé, refroidit et versé dans des pots pour le conditionnement. Le yaourt est ensuite stocké au frais et est prêt à être consommé.

 

Consultez notre infographie illustrée qui explique visuellement tous ces éléments clés et téléchargez la gratuitement en version numérique en cliquant sur le lien à droite.