Tendances globales en matière de taille et d'IMC parmi les enfants et les adolescents en âge scolaire

Résumé
L’édition 2020 du Congrès européen et international sur l’obésité (ECOICO 2020) s’est déroulée, de façon 100% virtuelle, du 1er au 4 septembre dernier. Les trois associations organisatrices, ASOI, EASO et WOF ont opté pour cette formule suite aux contingences liées à l’épidémie de SARS-CoV2. Cette nouvelle formule n’a cependant pas remis en question la qualité du panel d’experts à l’affiche du programme. La session inaugurale traitait de l’évolution des tendances en matière de taille et d’IMC chez les adolescents en âge scolaire.

L’IMC (Indice de Masse Corporelle) est fonction du poids, mais aussi de la taille des individus. Aussi, il est intéressant de constater qu’entre 5 et 19 ans, le gain de taille et le gain de poids n’évoluent pas de paire et connaissent des différences importantes entre les pays. L’Europe, dont la Belgique, est encore relativement bien placée en termes d’IMC.

 

Afin de déterminer les tendances d’évolution de la taille et de l’IMC chez les enfants et adolescents en âge scolaire, les données épidémiologiques de 1985 à 2019 ont été croisées et analysées (données provenant de la NCD-RiscC data source[1], la plus importante base de données rassemblant plus de 2700 études menées dans 190 pays sur environ 65 millions de participants de 5 à 19 ans).

 

Taille et BMI : des différences notables entre les pays

D’importantes différences de tailles sont à relever à travers le monde et peuvent s’élever jusqu’à 20 cm à 19 ans. Ainsi, les filles de 19 ans les plus grandes sont européennes, russes et canadiennes ; le record de la plus grande taille revenant aux filles néerlandaises. En termes de comparaisons, la taille d’une fille chinoise de 19 ans correspond à la taille d’une fille de 14 ans aux Pays-Bas. C’est toutefois au Guatemala que sont relevées les plus petites tailles parmi les filles. 

Notons qu’en Chine, la taille des filles évolue, un gain de taille important étant enregistré depuis 1985.

Globalement, on constate une faible évolution de taille dans les pays où la taille est petite et de fortes évolutions dans les pays à économie émergente, tels que la Chine et la Corée du Sud.

 

Outre la taille, l’IMC entre 5 et 19 ans varie aussi considérablement d’un pays à l’autre, avec des variations de 10 kg/m² entre l’IMC le plus élevé et le plus faible.

Les IMC les plus élevés chez les garçons de 19 ans en 2019 sont enregistrés au États-Unis, Australie et au Canada. L’IMC des garçons européens du même âge peut être considéré comme médian, alors que les IMC les plus bas sont répertoriés en Afrique subsaharienne et au Bangladesh.

Il est intéressant de constater que dans certains pays, la taille des individus augmente beaucoup par rapport au poids, mais dans d’autres, comme les USA et en Nouvelle-Zélande, c’est l’inverse.

Ainsi, il faut constater que si certains pays ont connu une évolution saine des valeurs anthropométriques ces 3,5 dernières décades, d’autres tels que les Etats-Unis et la Nouvelles Zélande ne connaissent pas une telle évolution positive.

 

Et la Belgique dans tout ça ?

D’après la dernière enquête de Santé (2018)[2], près de 1 jeune sur 5 (19 %) est en surpoids, et 5,8 % sont obèses. Le pourcentage de jeunes en surpoids en 2018 (19,0%) est significativement plus élevé que pour la première année de l’enquête de santé en 1997[3] (13,6%), mais il n'y a pas de différence significative avec les années intermédiaires. En ce qui concerne l'obésité, la prévalence de 2018 (5,8%) n'est pas significativement différente de celle des années précédentes.

Pourcentage de jeunes de 2 à 17 ans qui souffrent a) de surpoids et b) d’obésité, par année et par région, Enquête de santé, Belgique 2018


[1]Répertoire NCD risk factors et visualisation de données : www.ncdrisc.org

[2] F. Berete, S. Drieskens, J. Van der Heyden, S. Demarest, R. Charafeddine, L. Gisle, F. Renard, A. Scohy, L. Hermans, E. Braekman. Enquête de santé 2018 : Utilisation des services de santé. Résumé des résultats. Bruxelles, Belgique : Sciensano ; Numéro de dépôt : D/2020/14.440/31. Disponible en ligne : www.enquetesante.be

[3] La santé de la population en Belgique. Enquête de Santé par Interview, Belgique, 1997 Service d'Epidémiologie, 1998, Bruxelles, Institut Scientifique de Santé Publique, Demarest S, Leurquin P, Tafforeau J, Tellier V, Van der Heyden J, Van Oyen H.

 


 

 

Conclusion

A partir des données disponibles, la comparaison des chiffres d’évolution des tailles et BMI de par le monde et au travers du temps, tend à démontrer que ces évolutions sont partiellement fonction du niveau de développement des régions du monde. La taille évolue positivement en fonction des conditions économiques favorables et le poids, donc l’IMC, est davantage impacté négativement.