Produits laitiers et réduction du risque de maladies cardiovasculaires

Résumé
Une vaste étude mondiale a montré que la consommation de produits laitiers est associée à une réduction du risque de maladies cardiaques graves ou d'accidents vasculaires cérébraux.

Les résultats, provenant de la consommation globale de produits laitiers (entiers et à faible teneur en matières grasses), remettent en question les directives diététiques qui recommandent de réduire la quantité de produits laitiers entiers que nous consommons. En effet, il est présumé que les graisses saturées des produits laitiers augmentent les taux de « mauvais » cholestérol sanguins (cholestérol LDL), qui sont liés aux maladies cardiaques et accidents vasculaires cérébraux. Cependant, les auteurs de cet article suggèrent que les conseils diététiques devraient être réévalués à la lumière des derniers résultats d'une étude menée sur cinq continents.

 

PURE : une étude mondiale

Les auteurs ont analysé des données de plus de 136 000 personnes âgées de 35 à 70 ans, issues de 21 pays participant à l’étude PURE (Prospective Urban Rural Epidemiology). Ils ont analysé les effets de la consommation de produits laitiers, et de certains types de produits laitiers (lait, yaourt et fromage), sur les taux de mortalité, de maladies cardiaques (crise cardiaque ou insuffisance cardiaque) et d’accidents vasculaires cérébraux. Jusqu'à présent, la plupart des études sur la consommation de produits laitiers et la santé cardiovasculaire avaient été réalisées en Amérique du Nord et en Europe, où la consommation de produits laitiers est élevée. L'étude PURE a été menée principalement dans d'autres parties du monde, où la consommation de produits laitiers est inférieure (par exemple, en Chine, en Inde et en Afrique).

Les participants devaient fournir des détails sur leur régime habituel au moment de commencer l'étude et leur état de santé a ensuite été suivi pendant environ 9 ans.

 

Consommation de produits laitiers et réduction du risque de maladies cardiovasculaires

Les participants qui mangeaient trois portions ou plus de produits laitiers chaque jour avaient un risque inférieur de 16 % de décès, de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral durant l’étude que ceux qui ne mangeaient que rarement, voire jamais, de produits laitiers. Lorsque les auteurs ont analysé ces résultats individuellement, ils ont découvert les réductions de risque suivants :

  • Risque inférieur de 17 % de décès, toutes causes confondues
  • Risque inférieur de 14 % de décès non lié à une maladie cardiaque ou un accident vasculaire cérébral
  • Risque inférieur de 23% de décès lié à une maladie cardiaque ou un accident vasculaire cérébral
  • Risque inférieur de 22 % de maladie cardiaque ou accident vasculaire cérébral, y compris ceux menant à la mort
  • Risque inférieur de 34 % d'accident vasculaire cérébral

 

Le risque de crise cardiaque diminue de 11 %, bien que ce résultat ne soit pas significatif sur le plan statistique, selon les auteurs.

 

« (...) une consommation de produits laitiers plus importante était associée à une réduction des risques de mortalité et de maladies cardiovasculaires, notamment les accidents vasculaires cérébraux. » – Dehghan et al, 2018.

 

Quelle quantité de produits laitiers est-elle nécessaire pour parvenir à ces résultats ?

Les auteurs ont constaté que les personnes qui consomment au moins deux verres de lait, deux pots de yaourt ou deux tranches de fromage par jour présentaient des taux inférieurs de mortalité, de maladies cardiaques ou d'accidents vasculaires cérébraux que les personnes qui n’intègrent que rarement, voire jamais, ces aliments à leur régime alimentaire. Selon les auteurs, les résultats pour le lait et le yaourt étaient statistiquement significatifs, contrairement à ceux du fromage.

 

Dans le cadre de cette étude, les auteurs ne pouvaient pas évaluer les différences quant aux effets des produits laitiers à faible teneur en matières grasses par rapport aux produits laitiers entiers. Les produits laitiers à faible teneur en matière grasse n'étant pas largement disponibles dans de nombreux pays en dehors de l’Europe et de l’Amérique du Nord, l'étude comprenait peu de participants qui consommaient exclusivement ce type de produits.

 

L'impact sur la santé peut dépendre du régime global, pas seulement de la teneur en matières grasses

En recommandant de privilégier des produits laitiers sans ou à faible teneur en matières grasses, les directives diététiques pourraient accorder trop d'importance aux effets d'un seul nutriment laitier – les graisses saturées. Les auteurs soulignent que les produits laitiers sont un groupe diversifié, composé de nombreux nutriments différents et qui comprend également des produits fermentés et de culture. Ces caractéristiques peuvent avoir un impact sur les effets sur la santé des produits laitiers.

 

« Nos conclusions soutiennent que la consommation de produits laitiers peut être bénéfique par rapport à la mortalité et aux maladies cardiovasculaires [cardiopathies et accidents vasculaires cérébraux], en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où la consommation de produits laitiers est beaucoup plus faible qu'en Amérique du Nord et en Europe. » – Dehghan et al, 2018