Place des produits laitiers dans une alimentation durable

Résumé
Quelle est la place des produits laitiers dans une alimentation durable, qui vise à être plus respectueuse de notre planète, tout en fournissant au corps les nutriments dont il a besoin? Focus sur le projet EAT-Lancet et les recommandations alimentaires du Conseil Supérieur de la Santé.

L’émission de gaz à effet de serre et les changements climatiques ont fait de la durabilité un thème majeur. Pour l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les régimes alimentaires durables sont des régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations présentes et futures1.

 

De façon générale, pour notre santé comme celle de la planète, il s’agit de privilégier les aliments riches en nutriments essentiels au détriment de la consommation de produits à calories vides. C’est ce qui justifie la place des produits laitiers dans une telle alimentation.

 

La Commission EAT-Lancet, présidée par le Prof Walter Willett (Harvard T.H. Chan School of Public Health), a rassemblé 37 experts issus de 16 pays qui ont travaillé pendant 3 ans pour examiner comment répondre au défi suivant: nourrir sainement 10 milliards de personnes en 20502. Les résultats de ces travaux ont été publiés en 2019.

Découvrez aussi  l’infographie «Produits laitiers et alimentation durable»

 

Alimentation durable: à quoi ressemble l’assiette idéale?

Le rapport de cette Commission EAT-Lancet précise l’assiette moyenne qui permettrait de nourrir durablement le monde en 20503. Par rapport aux habitudes alimentaires occidentales, elle suppose une réduction de la part des denrées animales au profit des aliments végétaux. Mais cette réduction concerne surtout la viande rouge et les viandes transformées.

 

Les produits laitiers ont leur place en raison de la précieuse contribution qu’ils apportent à la satisfaction des besoins en différents nutriments (comme les protéines, les vitamines B2, B12, D et le calcium). Ainsi, dans les objectifs scientifiques de l’assiette EAT-Lancet, les produits laitiers sont préconisés dans les mêmes proportions que les récentes recommandations alimentaires du Conseil Supérieur de la Santé (CSS).

 

Après avoir défini cette assiette idéale, la commission EAT-Lancet a également évalué l’impact qu’elle aurait sur la production mondiale des différents vivres pour nourrir ainsi 10 milliards de personnes. Cette analyse montre qu’il faudrait:

  • une augmentation de la production de fruits, légumes, légumineuses, fruits à coque, soja, d’oléagineux et de poisson,
  • une diminution de la production de bœuf, de porc et de mouton,
  • maintenir le niveau actuel de la production de sucre, de lait, de volaille et d’œufs.

 

Suivez l’e-learning sur l’alimentation durable et le rôle des produits laitiers

 

Recommandations alimentaires pour la Belgique

Les récentes recommandations alimentaires pour la Belgique du CSS ont également pris en compte la dimension durable4. Elles sont formulées par ordre d’importance, en fonction du gain potentiel d’années de vie en bonne santé associé. Ici aussi, les repères pour les viandes rouges et les viandes transformées sont bas (max 300 g par semaine pour la viande rouge et max 30 g par semaine pour les viandes transformées).

 

La recommandation pour les produits laitiers arrive en 6e position. Le CSS préconise de consommer entre 250 et 500 ml de lait ou de produits laitiers par jour. Il précise qu’en cas de consommation inférieure à 250 ml/j, il convient d’être attentif aux autres sources de protéines, de calcium et de vitamines.